La psychologie de l’argent

J’avais un groupe de vieux amis du lycée à la maison le mois dernier. Alors que la lumière du jour s’estompait, nous nous sommes assis autour d’un bon repas, discutant de la vie.

Nous avons partagé les bonnes choses que nous avons accomplies au cours des 15 dernières années – et nous avons partagé les mauvaises aussi.

Inévitablement, la conversation s’est tournée vers l’argent.

  • Une amie a avoué qu’elle était accro au shopping. Quand elle se sent stressée, elle achète des choses. Pour empêcher que son mari découvre cela, elle paie tout avec sa carte bleue personnelle.
  • Une autre amie a plus de vêtements qu’elle n’en portera jamais. Ses placards sont si pleins qu’elle a commencé à empiler ses nouveaux achats sur le sol – mais elle en achète toujours plus.
  • Un de mes amis a admis avoir perdu des grosses sommes d’argent sur des jeux de poker en ligne. Après son divorce, il a passé des années accrocher à son ordinateur.
  • J’ai raconté ma propre histoire sur comment j’avais l’habitude de dépenser tout mon argent en restauration et en soirées et qu’à la fin du mois, mon compte courant était toujours négatif.

Chacun de nous avait une histoire sur la façon dont nous avions fait des choses stupides avec notre argent.

Dans tous les cas, ces choses stupides étaient le produit d’une impulsion psychologique ou émotionnelle.

Nous n’agissions pas rationnellement. Nous sommes pourtant des gens intelligents et nous comprenons les effets nocifs de nos choix, mais nous les faisons quand même.

Pourquoi?

Parce que la gestion intelligente de l’argent est plus une affaire d’esprit que de logique.

La psychologie de l’argent

Certains “experts” sur la finances pensent que nous agissons comme des machines, que nous sommes logiques dans nos achats.

J’ai lu d’innombrables livres de finance remplis de conseils qui sont techniquement corrects, mais qui oublient le rôle que nos esprits jouent dans la prise de décisions financières.

En discutant de cette notion – que notre succès financier est plus souvent influencé par notre psychologie que notre logique – je cite fréquemment le “debt snowball” ou “l’effet boule de neige des dettes” de l’auteur Dave Ramsey. C’est l’exemple parfait de ce que je veux dire.

La méthode “Debt Snowball” est similaire à l’approche traditionnelle, sauf qu’au lieu d’attaquer d’abord les dettes à taux d’intérêt élevé, vous attaquez d’abord les dettes à faible solde.

Les critiques de Ramsey sont prompts à souligner que la logique de sa méthode n’a pas de sens.

En respectant strictement les chiffres, il est préférable de rembourser la dette en commençant par celle qui a le taux d’intérêt le plus élevé.

Les critiques ont raison, bien sûr, mais ils manquent la partie psychologique derrière leurs arguments.

Dans la plupart des cas, si nous étions rationnels, nous n’aurions pas accumulé la dette en premier lieu.

La plupart du temps, la dette n’est pas un problème mathématique – c’est un problème psychologique.

Pour cette raison, la méthode de Ramsey – payer d’abord les soldes les plus bas – est plus logique. Il permet des gains rapides, qui fournissent un renforcement positif, ce qui motive à continuer.

Comment notre esprit joue un rôle dans nos décisions financières

  • Chaque fois que nous prêtons de l’argent à une famille ou à des amis, l’émotion joue un rôle.

    Et les héritages? Au cours de la dernière année, trois personnes m’ont raconté des histoires de cauchemar sur des familles qui se sont désintégrées alors qu’elles se disputaient la succession d’un parent.

    Ce sont des batailles psychologiques et émotionnelles, pas des batailles sur les mathématiques.
  • Le marketing (et la publicité) est la science de la persuasion. Cela influence délibérément nos habitudes de dépenses – même si nous pensons que ce n’est pas le cas.

    Lorsque nous réduisons notre exposition à la publicité, il est plus facile de dépenser moins.
  • Je suis constamment en admiration devant ce que les parents dépensent pour leurs enfants. Ils veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants, et la plupart d’entre eux n’ont pas peur de payer pour cela.

    Mais il n’est pas rationnel d’acheter des vêtements plus chers pour un enfant qui grandit vite.
  • Chaque objectif financier que nous nous fixons est basé sur notre psychologie personnelle, sur l’émotion.

Comment mieux prendre des décisions financières

Nous ne pouvons jamais supprimer complètement les aspects émotionnels et psychologiques de la gestion de l’argent.

Je ne pense pas non plus que nous le devrions. Nous sommes des humains, pas des robots.

Mais je pense qu’il est important pour nous de réduire autant que possible les décisions financières émotionnelles négatives.

Voici quelques-unes des meilleures façons que j’ai apprises pour lutter contre les mauvais choix:

1. Réduisez votre exposition à la publicité.

Beaucoup de gens pensent qu’ils ne sont pas affectés par la publicité. Ils ont tort.

Autant que possible, évitez la publicité.

Regardez moins la télévision (ou regardez-la d’une manière qui élimine les publicités).

Ignorez les annonces dans les magazines.

Utilisez un adblocker pour votre navigateur.

Moins vous verrez de publicité, moins vous serez persuadé d’acheter des choses dont vous n’avez pas besoin.

2. Évitez la tentation.

Lorsque je remboursais ma dette et essayais de réduire mes dépenses, je me forçais à rester loin des restaurants et à éviter mes amis fêtards.

Je savais que je manquais de discipline.

Plutôt que de me mettre sur le chemin de la tentation, je m’en suis complètement éloigné.

Si vous êtes tenté par les centres commerciaux, éloignez-vous des centres commerciaux.

Si vous succombez souvent à la pression des pairs, ne sortez pas boire un verre avec vos amis.

Éloignez-vous des choses qui vous tentent.

3. Automatiser vos transactions.

L’une des meilleures façons de tromper votre esprit est de simplement le retirer de l’équation.

Si vous trouvez difficile de faire des choix financiers intelligents, supprimez le choix.

Payez vos factures par versement automatique mensuel.

Configurez un virement mensuel automatique de votre compte courant vers votre compte d’épargne pour vous payer en premier.

Lorsque vous rendez les choses automatiques, vous ne pouvez pas être saboté par l’émotion.

4. Pensez à vos objectifs de vie.

Lorsque vous êtes tenté de faire un achat, faites une pause et réfléchissez à vos projets et objectifs de vie.

Prenez trente secondes pour vous demander si vous avez vraiment besoin de ce que vous êtes sur le point d’acheter.

Si c’est un gros achat, forcez-vous à attendre trente jours.

Suivez chaque centime dépensé afin de prendre conscience de vos faiblesses.

5. La lecture.

Une meilleure éducation m’a aidé à combattre certains de mes défauts mentaux.

Par exemple, plus je lis sur les investissements boursiers, plus je suis convaincu que faire des investissements réguliers est une bonne façon de réussir.

Conclusion

L’homme est une créature psychologique complexe.

Beaucoup d’entre nous savent ce que nous devons faire, mais ont du mal à faire les meilleurs choix.

Je ne sais pas ce qui se passera avec les amis que j’ai vus.

Peut-être que certains continueront de commettre les mêmes erreurs financières.

Peut-être que certains vont changer les choses. Mais je sais ceci: les réponses à leurs problèmes ne proviendront pas d’une meilleure compréhension de l’intérêt composé ou d’un autre calcul financier.

Bien que ces concepts soient importants, ils sont purement logiques.

Pour que mes amis gèrent leur argent, ils doivent aller au-delà de la logique – ils doivent maîtriser leur esprit.